La situation épidémiologique des îles Canaries est privilégiée par rapport au reste de l’Espagne et à pratiquement toute l’Europe. Cela a conduit des pays comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou les Pays-Bas à lever leurs recommandations de ne pas se rendre dans l’archipel, décisions qui étaient perçues comme une auréole d’espoir pour le secteur du tourisme des îles, mais qui, en moins d’une semaine, commencent à être tronquée à nouveau. Les gouvernements des principaux marchés émetteurs de la communauté autonome ont annoncé qu’ils retournaient à l’isolement et dans tous les cas, ils dureront au moins jusqu’au début décembre.

Covid-19 se propage à travers l’Europe à une vitesse jusqu’ici inconnue. Les infections se multiplient à un rythme vertigineux et tous les pays enregistrent, jour après jour, de nouveaux records de nouveaux positifs. Cela a conduit les gouvernements à commencer à opter pour le confinement à domicile de leurs populations, à tenter de s’attaquer au problème et, accessoirement, à essayer d’arriver avec un peu d’espoir à la campagne de Noël qui est sur le point de commencer. Le premier des pays à annoncer le verrouillage a été le Royaume-Uni. Son Premier ministre, Boris Johnson, a publié de nouvelles mesures visant à contenir l’avancée du coronavirus, applicable en Angleterre et, parmi elles, la détention à domicile jusqu’au 2 décembre.

De même, la fermeture des bars et des magasins non essentiels sera obligatoire, à l’exception de la livraison à domicile. Cependant, le coup porté au tourisme canarien de la part du pays dont, selon les données de Frontur, en 2019, près de cinq millions de voyageurs sont partis pour l’archipel, est l’interdiction de faire des voyages internationaux et nationaux qui ne sont pas pour des raisons justifiées, ainsi que le nuitées loin de chez eux. L’Allemagne, qui a envoyé l’an dernier 2,6 millions de touristes aux îles Canaries, rejoint également le confinement, qui durera, en principe, jusqu’au 30 novembre, bien que le gouvernement d’Angela Merkel n’exclut pas de le prolonger.

Le Royaume-Uni maintiendra le confinement en Angleterre jusqu’au 2 décembre

Un autre des pays à rejoindre les limites a été la France, qui sur le marché canarien représentait 583 000 touristes. Dans son cas, l’enfermement se poursuivra jusqu’au 1er décembre, même s’il ne sera pas aussi strict que celui vécu en mars. Quelque chose de similaire à ce qui se passe en Irlande, un pays qui a envoyé 584 000 touristes dans l’archipel l’année dernière, selon Frontur. Dans son cas, l’emprisonnement sera prolongé d’un jour de plus que les Français, jusqu’au 2 décembre. Jusqu’à présent, la Belgique sera celle qui appliquera le plus long confinement, jusqu’au 15 décembre. D’autres marchés plus petits, mais cette année après année ajoutent de nouveaux adeptes dans les îles sont les Portugais et les Autrichiens.

Dans le premier cas, l’enfermement n’a pas encore eu lieu, mais le gouvernement portugais d’Antonio Costa, étudie sa mise en pratique entre le 1er et le 15 décembre, forçant la fermeture de tous les établissements et commerces. De son côté, l’Autriche maintiendra un semi-confinement jusqu’au 3 décembre. Ainsi, l’association hôtelière Ashotel s’est déjà prononcée sur les confinements, affirmant qu’ils seront «un coup dur» pour le secteur de l’Archipel. « Nous espérons pouvoir encore sauver une partie de la saison hivernale », a déclaré le directeur de l’Ashotel, Juan Pablo González, qui a rappelé les actions menées pour garantir la sécurité sanitaire des touristes se rendant aux îles Canaries.

Traduction google de l’article :

https://tiempodecanarias.com/noticia/turismo/europa-se-confina-y-castiga-al-turismo-canario